Blaise Cendrars

(1887-1961)

 

Blaise Cendrars


Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France


 

Dédiée aux musiciens


En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
J’étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance
J’étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n’avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours
Car mon adolescence était alors si ardente et si folle
Que mon cœur, tour à tour, brûlait comme le temple d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou
Quand le soleil se couche.
Et mes yeux éclairaient des voies anciennes.
Et j’étais déjà si mauvais poète
Que je ne savais pas aller jusqu’au bout.
 
Le Kremlin était comme un immense gâteau tartare
Croustillé d’or,
Avec les grandes amandes des cathédrales toutes blanches
Et l’or mielleux des cloches...
Un vieux moine me lisait la légende de Novgorode
J’avais soif
Et je déchiffrais des caractères cunéiformes
Puis, tout à coup, les pigeons du Saint-Esprit s’envolaient sur la place
Et mes mains s’envolaient aussi, avec des bruissements d’albatros
Et ceci, c’était les dernières réminiscences du dernier jour
Du tout dernier voyage
Et de la mer.
 
Pourtant, j’étais fort mauvais poète.
Je ne savais pas aller jusqu’au bout.
J’avais faim
Et tous les jours et toutes les femmes dans les cafés et tous les verres
J’aurais voulu les boire et les casser
Et toutes les vitrines et toutes les rues
Et toutes les maisons et toutes les vies
Et toutes les roues des fiacres qui tournaient en tourbillon sur les mauvais pavés
J’aurais voulu les plonger dans une fournaise de glaives
Et j’aurais voulu broyer tous les os
Et arracher toutes les langues
Et liquéfier tous ces grands corps étranges et nus sous les vêtements qui m’affolent...
Je pressentais la venue du grand Christ rouge de la révolution russe...
Et le soleil était une mauvaise plaie
Qui s’ouvrait comme un brasier.
 
En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de ma naissance
J’étais à Moscou, où je voulais me nourrir de flammes
Et je n’avais pas assez des tours et des gares que constellaient mes yeux
En Sibérie tonnait le canon, c’était la guerre
La faim le froid la peste le choléra

[...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrаn : Rоndеаu : «Βеrgèrе rоsе, à јupе dе сrépоn...»

Vеrlаinе : «Μоn Diеu m’а dit : Μоn fils, il fаut m’аimеr. Τu vоis...»

Jаmmеs : L’Ânе dе Sаnсhо Ρаnçа

Riсtus : Lе Ρаuvrе

Ρоnсhоn : Lа Sаlаdе

Du Βеllау : «Hеurеuх, dе qui lа mоrt dе sа glоirе еst suiviе...»

Τоulеt : «Αmiе аuх rеgаrds сhаngеаnts...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lесоntе dе Lislе : Τrе filа d’оrо

Hugо : «Jе suis еnrаgé. J’аimе еt је suis un viеuх fоu...»

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Rеssеmblаnсе inquiétаntе

Μussеt : «Ρuisquе vоtrе mоulin tоurnе аvес tоus lеs vеnts...»

Jаmmеs : Ιls m’оnt dit...

Gilkin : Lе Μеnsоngе

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Μа fillе : «С’еst bеаu lа viе...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Rеgrеt

Соuté : Lе Сhrist еn bоis

Vаlérу : Ρеssimismе d’unе hеurе

Саrсо : Dédiсасе

Саrсо : С’еst tоn аmоurеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Ρуbrас (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur «Се brаvе qui sе сrоit, pоur un јаquе dе mаillе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе gаrdiеn (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Μiss Μаrу (Glаtignу)

De piсh24 sur [Épitаphе] (Villоn)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De piсh24 sur Quаtrаin (Villоn)

De Сhаrlеs Βаudеlаirе sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De piсh24 sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

De Сосhоnfсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Сосhоnfuсus sur Rоsе blаnсhе (Βruаnt)

De Jеаn Gоudеzki sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Féliх Αrvеrs sur Sоnnеt d’Αrt Vеrt (Gоudеzki)

De Jеаn Dоnаti sur Jе pеnsе à Jеаn-Jасquеs (Jаmmеs)

De Xiао Βоb sur «Jе сhаntаis сеs Sоnnеts, аmоurеuх d’unе Hélènе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоfuсius sur «J’аllаis sеul rеmâсhаnt mеs аngоissеs pаsséеs...» (Lа Βоétiе)

De Viсkу sur Τristаn Klingsоr

De Сосhоnfuсus sur Diеs Ιræ (Lесоntе dе Lislе)

De Сhristiаn sur «L’оrguеil dеs lоurds аnnеаuх...» (Viviеn)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Ρеtit pоèmе érоtiquе (Viviеn)

De Vinсеnt sur Αntithèsеs dе lа Сrоiх à l’аrbrе défеndu (Lа Сеppèdе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz