Valse 
Je suis tellement
Dégoûté par moi-même
Dégoûté par la vie
Qui me mène

Que je voudrais aller vivre
La vie définitive
Du cimetière
Abandonné

Or là dans la semaine
De mon arrivée
Le cimetière deviendrait
Hanté

Des gens
Y oublieraient leurs parents
Des roses
Oseraient y prendre racine

Les roses
Oseraient prendre racine
Déployer leurs ronces
Leurs vignes

Et moi enfin
Délivré du monde
Livré à la solitude
À la folie

Me laissant mûrir
Mûrir au soleil
Comme une pomme
Comme un faisan

Je suis tellement
Dégoûté par moi-même
Dégoûté par la vie
Qui me mène

(29 avril 1994)

Mise en ligne : dimanche 9 octobre 2011, 06:00
Classé dans : Causeries  |  1994

Commentaires 

Citer sur un « site social »


 
 
 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.









Insertion spéciale : « » Ç œ Œ