Belles petites phrases fausses 
    Préparant une édition des aphorismes de Toulet, je suis tenté de le compléter par d’autres belles phrases extraites de ses oeuvres et qu’on trouve éventuellement citées ici ou là. Mais il faut prendre garde à ne pas trahir (« flouter » !) la pensée de l’auteur en les extrayant de leur contexte.

    Ainsi, dans la Revue de la Méditerranée, X écrit :

    Francis de Miomandre lui trouve sur son lit de mort l’air d'un grand seigneur féodal : à quoi il aurait répondu : « La mort est comme les photographes, elle avantage toujours un peu ».

    Il fait sans doute référence à un texte de Miomandre paru dans la Revue critique des idées et des livres le 10 octobre 1920 :

    Il était couché sur son lit dans l’attitude classique, ses doigts de cire aux ongles bombés et longs comme ceux d’un mandarin noués d’un chapelet, son masque admirable envahi de la sérénité définitive. Jamais je n’ai vu ni sans doute ne reverrai un pareil visage : avec ce nez mince et busqué, cette barbe courte, cette bouche fière et serrée, cette ascétique maigreur, ce front immense, Toulet avait l’air d’un grand seigneur féodal, de sa propre effigie sculptée sur un tombeau.

   Et la réponse imaginaire est bien une phrase de Toulet : on la lit dans un de ses journaux de voyage, le 4 juin 1906, mais sans référence à la beauté des corps sur leur lit de mort :

    À Aix-la-Chapelle, il pleut un peu aussi ; et malgré cela, il y a tant d’enfants dans les rues qu’on songe avec quelque indulgence au massacre des Innocents. C’est ainsi qu’on en vient à excuser divers massacres historiques, si l’on en rencontre les survivants. La mort est comme les photographes : elle avantage toujours un peu. Qui sait si la princesse de Lamballe n’était pas une virago, Coligny un vieux raseur, mais il a suffi d’éventrer l’un et de promener (en haut d’une pique) la tête de l’autre pour en faire des figures intéressantes.

    La « petite phrase » est mise dans la bouche de Toulet avec une connotation mystique qu’elle n’a pas sur ce carnet.
Mise en ligne : mercredi 25 juillet 2012, 09:44
Classé dans : Chantier  |  2012

Commentaire de Saudade :
« La mort est comme les photographes, elle avantage toujours un peu ».

Il suffit de regarder un mort -
Et vous comprendrez -
jeudi 26 juillet 2012, 20:41

Commentaire de l´administrateur (Christian T.) :
Je sais, mais là n'est pas le problème. Dans le passage du carnet de Toulet, il n'est pas question de cadavre, seulement de la différence entre ce que quelqu'un est dans sa jeunesse et ce qu'il devient plus tard.
vendredi 27 juillet 2012, 09:42

Commentaire de Saudade :
Vous savez tout ○○○
Supprimez les commentaires :-))
N'écrivez plus,
Ne lisez plus,
Essayez d'être 1 ange
Et de mourir tiens
Ni trop vieux
Ni trop jeune
Et sans jeûner !
Ce s'rait tricher ☻
Rendez-vous de l'autre côté-
vendredi 27 juillet 2012, 12:35

Commentaires 

Citer sur un « site social »


 
 
 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.









Insertion spéciale : « » Ç œ Œ