Poème retrouvé de P.-V. T. 
Que nous pensions de choses pures :
      Deux, le long des chemins,
Côte à côte et mains dans les mains
      Parmi les fleurs obscures,

Et marchant tels deux fiancés,
      Dans la nuit des prairies,
Partageant ce fruit de féeries,
      L'Amie aux insensés...

Et puis, nous nous sûmes mourant,
      Très loin, dessus la mousse,
Tout seuls parmi l’ombre si douce
      De ce bois murmurant ;

Et tout là-haut, dans une immense
      Lumière, nous nous sommes
Vus en pleurant, cher qui me nommes
      Compaing de ton Silence !
[suite...]
Mise en ligne : dimanche 19 août 2012, 07:54
Classé dans : Chimère
Commenter   |  permalienk


« · 14 · 15 · 16 · 17 · 18 · 19 · 20 · 21 · 22 · 23 · » »|